Régression horrible qui remet totalement en cause le droit à l’avortement aux États-Unis

Régression horrible qui remet totalement en cause le droit à l’avortement aux États-Unis

Les droits des femmes sont les seuls droits jamais garantis, toujours et perpétuellement remis en cause, nous expliquait Gisèle Halimi. Soyons vigilantes, soyons solidaires, organisons nous pour les protéger, disait-elle.

Aujourd’hui, la cour suprême des États-unis, contre l’opinion  de sa population, vient de remettre en cause par une nouvelle décision le droit des femmes à disposer de leur corps, droit acquis il y a 50 ans par l’arrêt Roe vs Wade.

C’est tout simplement horrible. Une déflagration dans une démocratie. Les réactionnaires se réjouissent mais nous ne baisserons pas les bras. Montpellier par la voie de son maire et de ses représentant.es, a choisi de faire des droits des femmes une priorité, et particulièrement celui de disposer de leur corps comme elles l’entendent.

Parce que la tentation réactionnaire n’est pas qu’américaine. En Europe, le droit à l’avortement recule aussi sous les coups de mouvements radicaux qui ne supportent pas que la femme s’émancipe et se libère.

En France, nous entendons les forces qui veulent un retour en arrière. Elles se mobilisent, dans l’espace public, sur les réseaux sociaux, dans les urnes, avec toujours plus de virulence, de fanatisme et de violence.

Pour que dans notre pays, la tentation d’un retour en arrière soit définitivement écartée, il faut désormais inscrire dans les principes républicains, et donc la constitution, le droit à l’avortement, les droits des femmes comme ceux des hommes à disposer de leur corps.

Fatma Nakib pour les élu.es Choisir l’écologie pour Montpellier

Communiqué de presse

Communiqué de presse

Envoyons des député.es NUPES à l’Assemblée nationale

Suite au 1er tour des élections législatives, nous aurons 4 duels NUPES/Ensemble et 1 duel NUPES/RN sur les 5 circonscriptions qui concernent le territoire de Montpellier. 

Nous saluons cette présence au second tour d’une gauche unie et écologiste. Il faut maintenant transformer l’essai et envoyer 5 député.es de la NUPES à l’Assemblée nationale. 

Face à l’urgence climatique, le Président Macron n’a jamais agi. Il a d’ailleurs été condamné par deux fois pour inaction climatique. Notre pays est l’un des rares de l’Union Européenne à ne pas avoir atteint ses objectifs en matière de développement des Énergies Renouvelables. Nous pourrions lister encore de nombreuses décisions anti-climatiques et anti-écologiques de la part du Président. Le constat est clair : Emmanuel Macron n’a rien fait et ne fera rien en matière écologique. Quant au Rassemblement national, idiot utile du pouvoir, il n’a aucune réponse aux crises actuelles. Ses candidat.es ne véhiculent que la haine de l’autre et des positions anti-écologiques. 

Il est donc fondamental qu’une réelle force écologiste soit présente à l’Assemblée nationale. Le dimanche 19 juin, nous voterons pour Julien Colet (1ère circonscription), Nathalie Oziol (2ème circonscription), Julia Mignacca (3ème circonscription), Sylvain Carrière (8ème circonscription) et Nadia Belaouni (9eme circonscription)

 Les élu.es du groupe Choisir l’écologie pour Montpellier