Agriparc des Bouisses : une victoire pour les écologistes

Agriparc des Bouisses : une victoire pour les écologistes

130 hectares de nature préservée : voilà pourquoi il y a des écologistes dans la majorité 

Le 28 mai 2020, nous avions rendu public notre accord de second tour sur le site des Bouisses. Ce choix n’était pas anodin.

Nous décidions de mettre en lumière une proposition forte issue de notre projet de 1er tour : l’abandon du projet d’urbanisation du plateau des Bouisses et la création, en lieu et place, d’un grand agriparc de 100 hectares (l’équivalent de la surface du bois de Montmaur et du zoo de Lunaret réunis) mêlant forêt urbaine et agriculture de proximité. A l’ouest de la ville, aux portes des quartiers populaires, desservi par la future ligne 5 de tram. Un projet pour faire de Montpellier une ville verte, une ville résiliente. Au cœur du dispositif de ce projet phare des écologistes, Coralie Mantion (2e Vice-présidente de Montpellier métropole déléguée à l’Aménagement durable du territoire, à l’Urbanisme et à la Maîtrise foncière), Stéphane Jouault (Adjoint au Maire délégué à la Nature en ville et à la Biodiversité), Radia Tikouk (Adjointe au Maire déléguée au Quartier des Cévennes et à la Relation aux usager-es) et Marie Massart (Adjointe au Maire déléguée à la Politique alimentaire et à l’Agriculture urbaine).

Ce projet franchit une étape importante avec la sélection de l’équipe de paysagiste/urbaniste qui aménagera le site. Pour aboutir à ce choix nous avons au préalable mis en place une véritable concertation citoyenne. Après une marche exploratoire réunissant plus de 300 personnes, un groupe citoyen a été constitué. Ce sont 30 habitant-es de notre ville qui ont émis des recommandations auprès des équipes du dialogue compétitif autour de 3 thématiques : la ville en mouvement, la ville verte, la ville inclusive et habitée.

Parce que les enjeux de préservation de la ceinture verte, de non-artificialisation des sols sont fondamentaux, nous sommes allés plus loin que notre proposition initiale en préservant non pas 100 mais 130 hectares. Nous aurons donc à Montpellier un espace qui mêlera forêts urbaines, production agricole, des vignes et des vergers. Mais également des espaces ludiques, des jardins partagés et familiaux. Ce projet permettra un accès à la nature, la biodiversité à de nombreux habitant-es.

C’est un projet écologiste. C’est un moment fort pour l’écologie dans notre ville.

Projet de ZAC Saint-Paul à la Mosson sur les rails pour 2024 (Coralie Mantion – Midi libre 13.10.2024)

Projet de ZAC Saint-Paul à la Mosson sur les rails pour 2024 (Coralie Mantion – Midi libre 13.10.2024)

La transformation du lieu s’inscrit dans le plan global de rénovation du quartier de la Paillade, porté par la Métropole et encouragé par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru).

« C’est un quartier central, stratégique, à la jonction des Hauts-de-Massanne, de Malbosc et de la Paillade. Le périmètre va de la résidence Neptune jusqu’au collège les Escholiers d’un côté, du parc de Malbosc jusqu’à la coulée verte de la Mosson de l’autre ». (Coralie Mantion)

Lire la suite de l’article

Faut-il boycotter la Coupe du Monde au Qatar ?

Faut-il boycotter la Coupe du Monde au Qatar ?

Coralie Mantion et Fatma Nakib ont répondu au magasine Lokko

Coralie Mantion : « Honte à la FIFA ! »
Triplement oui ! Amoureuse du football, je ne regarderai pas cette coupe du monde entachée de sang. Organisée dans un pays soupçonné de financer l’islamisme radical, avec un code pénal qui prévoit la lapidation des femmes, cet événement est un scandale. Une aberration humaine avec 6500 morts sur les chantiers depuis l’attribution en 2010. Une aberration écologique, avec des chaleurs telles qu’il faut climatiser les stades ! Honte à la FIFA d’avoir privilégier les strass et paillettes du Qatar. Une FIFA déconnectée du monde.

Fatma Nakib : « L’appât du gain supplante tout le reste »
Rafraîchir des lieux ouverts est une ineptie. Je goûtais déjà peu aux grands raouts commerciaux de la FIFA, son système inégalitaire pour les femmes, mais là je suis choquée de l’aberration écologique que cette coupe du monde 2022 représente. Je n’ai rien contre les joueurs et joueuses, mais là trop, c’est trop. Les organisateurs et financeurs n’en ont-ils aucune conscience ? Si, bien sûr. Il est évident qu’ici l’appât du gain supplante tout le reste et particulièrement le climat.