Journée mondiale de la contraception : contraception masculine (Fatma Nakib)

Journée mondiale de la contraception : contraception masculine (Fatma Nakib)

A l’occasion de la Journée mondiale de la contraception, ce lundi 26 septembre, la Ville de Montpellier soutient les associations de défense des droits des femmes, et réaffirme le droit de chaque femme et de chaque homme à maitriser sa fécondité en ayant recours au moyen contraceptif de son choix. Cette journée vise à informer et sensibiliser le grand public sur les sujets tels que les différentes méthodes de contraception existantes, le choix juste de contraceptif, les risques liés aux rapports sexuels non-protégés, les interruptions volontaires de grossesse (IVG) et les infections sexuellement transmissibles (IST). Dans une démarche égalitaire, la Ville invite les hommes à s’informer sur les différents moyens de contraception masculine existants.

Le temps fort de cette journée aura lieu le 26 septembre à 18h30 au centre Rabelais, avec une projection-débat autour du documentaire « Le problème du pantalon », de Guillaume LEVIL, en présence du réalisateur, de Fatma NAKIB, Adjointe au Maire de Montpellier, déléguée à l’Égalité et droits des femmes et de représentantes du Planning Familial 34. Entrée libre et gratuite.*

« A l’occasion du 26 septembre, Journée mondiale de la contraception, notre action consiste à ouvrir progressivement le dialogue autour d’une prise en charge égalitaire de la contraception et ainsi encourager les hommes à s’approprier ou se réapproprier cette problématique. La projection-débat sur la contraception masculine, qui sera donnée au centre Rabelais lundi soir, est un véritable outils pour lever les nombreux tabous sur ce sujet, partager les connaissances et informer sur les actions du Planning familial 34 qui accompagne les femmes gratuitement et propose également tous les mois aux hommes intéressés des consultations en accès libre sur cette thématique. Plus globalement, en soutenant les associations qui informent sur les sexualités et les moyens contraceptifs à l’échelle du territoire, en développant des actions de sensibilisation et de prévention contre les MST/IST et en mettant en place un Plan Local de Santé ambitieux, nous choisissons d’agir et de promouvoir un accès à la santé et une éducation à la sexualité pour tous et toutes. » Fatma NAKIB, Adjointe au Maire de Montpellier, déléguée à l’Egalité et droits des femmes

*La projection-débat sera également proposée lundi à 14h aux lycéennes et lycéens des établissements Turgot et Georges Frêche, soit 200 jeunes accompagnés par leurs professeurs.

WEB 1080x1080px_CONTRACEPTION MASCULINE_9 22_LV.jpg

Régression horrible qui remet totalement en cause le droit à l’avortement aux États-Unis

Régression horrible qui remet totalement en cause le droit à l’avortement aux États-Unis

Les droits des femmes sont les seuls droits jamais garantis, toujours et perpétuellement remis en cause, nous expliquait Gisèle Halimi. Soyons vigilantes, soyons solidaires, organisons nous pour les protéger, disait-elle.

Aujourd’hui, la cour suprême des États-unis, contre l’opinion  de sa population, vient de remettre en cause par une nouvelle décision le droit des femmes à disposer de leur corps, droit acquis il y a 50 ans par l’arrêt Roe vs Wade.

C’est tout simplement horrible. Une déflagration dans une démocratie. Les réactionnaires se réjouissent mais nous ne baisserons pas les bras. Montpellier par la voie de son maire et de ses représentant.es, a choisi de faire des droits des femmes une priorité, et particulièrement celui de disposer de leur corps comme elles l’entendent.

Parce que la tentation réactionnaire n’est pas qu’américaine. En Europe, le droit à l’avortement recule aussi sous les coups de mouvements radicaux qui ne supportent pas que la femme s’émancipe et se libère.

En France, nous entendons les forces qui veulent un retour en arrière. Elles se mobilisent, dans l’espace public, sur les réseaux sociaux, dans les urnes, avec toujours plus de virulence, de fanatisme et de violence.

Pour que dans notre pays, la tentation d’un retour en arrière soit définitivement écartée, il faut désormais inscrire dans les principes républicains, et donc la constitution, le droit à l’avortement, les droits des femmes comme ceux des hommes à disposer de leur corps.

Fatma Nakib pour les élu.es Choisir l’écologie pour Montpellier

La place des femmes dans l’espace public : retour sur les actions autour du 8 mars 2022 (Fatma Nakib)

La place des femmes dans l’espace public : retour sur les actions autour du 8 mars 2022 (Fatma Nakib)

La place des femmes dans l’espace public a toujours été ignorée. Longtemps cantonnées dans la sphère privée, elles l’investissent progressivement au cours du XXème siècle.

L’impensé de la place des femmes pose aujourd’hui de nombreux problèmes d’insécurité que nous avons voulu mettre en avant tout en multipliant les initiatives qui permettent à la fois de sensibiliser les habitants de la ville (lancement de l’appli App’elles en collaboration avec l’état, marches exploratoires – ou marches sensibles), d’améliorer les espaces urbains et de réduire le sentiment d’insécurité (cours de self-défense ; zones refuges- dites Maguelone en collaboration avec la CCI de Montpellier).

Visibiliser les femmes, c’est aussifaire exister leur nom dans l’espace public, évoquer leur place dans l’Histoire, leur rendre hommage via des expositions et des films : H/F « femmes et Jazz ; exposition d’Osez le féminisme à la Médiathèque Emile Zola ; 1er prix du concours de Pocket films « Montpellier pour l’égalité » attribué à l’association Génius qui a élaboré à l’attention des scolaires une frise chronologique retraçant l’apport des femmes dans tous les domaines.

La conférence de Chris Blache, co-fondatrice de « genre et ville » fut de ce point de vue un grand moment de cette semaine internationale des droits des femmes. Tout comme la diffusion du film « En roue libre » suivie d’un atelier Vélo à l’attention des habitantes d’un quartier de la ville, pour inciter à l’autonomie dans les déplacements.

L’éducation et la prévention auprès des jeunes constituent un travail complémentaire pour que chacune et chacun accède à une culture de l’égalité partagée.

La Ville de Montpellier a ainsi proposé une rencontre entre des réalisatrices marseillaises et des lycéens pour évoquer, à partir de courts documentaires, la pluralité des questions portant sur la place des femmes dans l’espace public et les formes de manifestation existantes.

Le 21 mars, à l’attention des collégiens du quartier des Hauts de Massane, une sensibilisation a été organisée autour de la notion du consentement dans les relations amoureuses, en partenariat avec la Maison pour tous Georges Brassens et le CIDFF.

Valoriser les femmes, c’est aussi accompagner les associations féministes dans leur combat quotidien, défendre leurs droits et apporter des réponses à leurs difficultés, particulièrement en ce qui concerne les plus fragiles.

La journée sur la santé sexuelle et reproductive des femmes précaires, organisée par le planning familial, fut de ce point de vue très riche. La ville a clos cette journée en invitant Ghada Hatem, fondatrice de « la Maison des femmes » à Saint Denis, dont l’objet est d’accompagner et de soigner les femmes victimes de violences sexuelles. Cette conférence très suivie fut aussi l’occasion d’une belle surprise, la venue de la comédienne Alexandra Lamy, prête à apporter son soutien aux initiatives locales en faveur d’une Maison des femmes, dédiée à la lutte contre les violences.

Il serait trop long de citer toutes les actions qui se poursuivent un peu partout dans la ville, dans les maisons pour tous, les médiathèques, les cinémas… Mais je vous invite à retrouver en ligne tous les évènements passés et à y assister jusqu’au 17 avril prochain.

Notre ambition, aux côtés des associations et au sein du bien nommé Collectif Gisèle Halimi, est de poursuivre nos engagements pour faire progresser l’égalité réelle, dans tous les domaines de la vie des femmes, et ce tout au long de l’année

Et parce que les missions qui m’ont été confiées ne peuvent exister que dans la transversalité et la pluralité des approches, j’espère pouvoir compter sur l’engagement de toutes et de tous pour que la Ville de Montpellier relève collectivement ce défi.

Montpellier : des zones refuges comme solution contre le harcèlement de rue (Actu.fr – 9 mars 2022)

Montpellier : des zones refuges comme solution contre le harcèlement de rue (Actu.fr – 9 mars 2022)

« Une dizaine d’entre eux devrait être en capacité d’accueillir des personnes d’ici le mois de mai » estime l’adjointe au maire et déléguée à l’Égalité et aux Droits des femmes Fatma Nakib. « C’est aussi une manière de sensibiliser tout le monde et en particulier les hommes qui ont des comportements sexistes » nous dit-elle.

Suite de l’article