[Conseil de Métropole] 12/10/2020 – Affaires et interventions des élu-es écologistes

[Conseil de Métropole] 12/10/2020 – Affaires et interventions des élu-es écologistes

99 affaires étaient proposées au vote du Conseil Métropolitain, dont 14 affaires « économiques », au titre desquelles, en ouverture, la création de la toute nouvelle Agence de Développement Economique.

A l’exception de la subvention à l’aéroport et du classement de Montpellier en station de tourisme (voir interventions ci-dessous), les écologistes ont voté pour les affaires proposées par les commissions « économie » et « tourisme », tout en exprimant leurs réserves: développement du tourisme d’affaire, recherche d’investisseurs économiques et d’entreprises exogènes, soutien aux entreprises en hypercroissance, rayonnement international, développement de la plateforme aéroportuaire, classement de Montpellier en station de tourisme préfigurant l’implantation d’un casino… Autant d’objectifs et de moyens dont la transition écologique semble exclue.

Le champ d’action de l’écologie ne se réduit pas à celui de l’environnement. L’écologie interroge les notions mêmes de développement et de croissance. Quelle forme de développement souhaitons-nous 5 ans à peine après la COP21 et les accords de Paris? A l’heure même où nous traversons une crise sanitaire qui a révélé la fragilité de l’ancien modèle?

Aussi, les écologistes fondent l’espoir que le cadre stratégique et les missions de la future agence de développement soient pensées dans l’objectif de faire de notre Métropole un vrai territoire résilient.

Cliquez sur les images pour accéder aux vidéos

Les autres projets d’affaires et interventions des élu-es écologistes

Culture et patrimoine historique –> Convention Musée Fabre / Ecole du Louvre
(Celia Serrano)
Aménagement du territoire –> Subventions (rénovation énergétique / ville de demain), SCOT et modifications du SRADDET
(Coralie Mantion)
Collecte, tri, valorisation des déchets et politique zéro déchet –> Opération « Mon commerçant zéro déchets »
(François Vasquez)

Mobilités – 500 euros pour l’achat d’un VAE: 1ère étape du « choc des mobilités » voulu par les écologistes

En complément du développement des pistes cyclables porté par les écologistes à Montpellier, les conseiller-es ont approuvé à l’unanimité une aide de 500 euros sans conditions de ressources, accordée par la Métropole à tous ses habitant-es. Première étape d’un système-vélo global qui se met progressivement en place, cette offre sera ultérieurement complétée par d’autres mesures.

« Après cette première mesure, on réfléchit à la question de l’occasion, du vélo mécanique et des dispositifs de sécurité ».

Manu Reynaud

L’intégralité du Conseil Métropolitain peut être visionnée EN LIGNE.

[Conseil Municipal] 05/10/2020 – Délibérations et interventions des élu-es écologistes

[Conseil Municipal] 05/10/2020 – Délibérations et interventions des élu-es écologistes

Lors de ce conseil municipal axé sur la protection de la population (sécurité, santé…), les élu-es écologistes ont rapporté plusieurs projets de délibérations: lutte contre le harcèlement de rue, objectif « zéro phyto », poursuite du plan de politique alimentaire durable, dispositifs culturels au profit des élèves, vœu en faveur du bien-être animal… Retrouvez ci-dessous les interventions des élu-es (texte et video):

  • Renforcement de la lutte contre les outrages sexistes : formation des personnels verbalisateurs (Fatma Nakib)
  • Attribution de subventions entre l’État, la Métropole de Montpellier et la Ville (Mustapha Laoukiri)
  • Charte régionale « Objectif Zéro Phyto » (Stéphane Jouault)
  • Adhésion à l’association « Un Plus Bio » (Marie Massart)
  • Dispositifs « École et Cinéma« , « Collège au cinéma », « Lycéens et apprentis au cinéma » et Convention avec le CROUS (Célia Serrano)
  • Vœu pour des cirques sans animaux (Eddine Ariztegui)
Lutte contre le harcèlement de rue
(Fatma Nakib)
Convention d’attribution de subventions au titre de la dotation politique de la ville 2020
(Mustapha Laoukiri)
Adhésion à l’association
« Un Plus Bio »
(Marie Massart)
Dispositifs éducatifs de sensibilisation au cinéma
(Célia Serrano)

Le groupe « Choisir l’Ecologie » est par ailleurs intervenu sur 2 affaires pour lesquelles les 12 élu-es se sont prononcé-es contre la délibération soumise au vote:

Verbatim des interventions

Intervention de Stéphane Jouault

La charte régionale zéro phyto est portée par la FREDON Occitanie qui est une Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles, organisme délégataire de missions de service public. Elle traduit l’engagement des collectivités à ne plus utiliser de produits phytosanitaires.

Pour la ville de Montpellier, c’est l’aboutissement d’un processus qui a commencé en 2016 pour les espaces verts puis la voierie et les cimetières, et qui se poursuit aujourd’hui dans le domaine des terrains de sports depuis cet automne.

Pour saluer cet engagement de la ville de Montpellier, la FREDON a souhaité que la remise annuelle des labels pour toutes les communes lauréates se tienne à Montpellier en décembre. Dans la mesure où les conditions sanitaires le permettent bien sûr.
Je vous propose donc d’approuver l’adhésion de Montpellier à cette charge régionale « zéro phyto ».

Intervention de Eddine Ariztegui

La Ministre Barbara POMPILI a annoncé la semaine dernière la fin progressive des cirques itinérants avec animaux sauvages parmi d’autres mesures concernant les animaux sauvages.

Fin 2018, la précédente équipe municipale avait voté un vœu demandant une législation nationale contre les cirques avec animaux sauvages et pour empêcher ces cirques de s’installer dans la commune de Montpellier.

Nous exprimons aujourd’hui un vœu qui va au-delà, afin de demander l’interdiction dans les cirques de tous les types d’animaux, quels qu’ils soient (sauvages, domestiques, de ferme ou autres).

Car aucun animal ne devrait avoir à subir l’exploitation et la contrainte de devoir assurer un spectacle dans un cirque au prix d’un dressage souvent cruel et de conditions de vie incompatibles avec leur espèce.

Nous encouragerons la venue de cirques éthiques, sans animaux vivants, mais mettant au centre la relation magique que l’on peut avoir avec un animal et la bienveillance que nous devons leur accorder, dans le respect de leur dignité. C’est ce que nous ferons avec le cirque Bouglione.

Intervention de Bruno Paternot

Les écologistes ne sont pas partisans de l’installation de caméras de surveillance dans l’espace public. Nous ne l’avons jamais été ailleurs, nous ne le sommes pas ici non plus.

Ne confondons pas vidéo-verbalisation, vidéo-surveillance et vidéo-protection.

Protéger vient du latin protegerer qui signifie « abriter ». On peut s’abriter dans les bras d’un policier, on peut s’abriter dans le regard ou l’uniforme d’une policière. On ne peut pas s’abriter dans les bras d’une caméra de vidéo-surveillance. « Sur-veiller », veut bien dire « regarder par en dessus », c’est exactement la place de la caméra.

Dans un contexte budgétaire compliqué, quand il faut répondre au sentiment d’insécurité, les écologistes privilégieront toujours l’humain car la caméra ne fait pas vraiment dans le sentiment.

Si l’on rapporte en 1 an le nombre d’interpellations, on arrive à ce chiffre (trop faible à nos yeux) de 2 interpellations par caméra et par an. Et ce ne sont pas les caméras qui sont allées avec leurs petites mains faire les interpellations, il y a des policiers derrière. Tout policier fera proportionnellement mieux avec le même budget alloué.

Je relisais hier Jean-Christophe Buisson du Figaro qui parlait à propos de « La loi du Marché » de Stéphane Brizé et il expliquait sur Vincent Lindon dans ce film que : « son métier n’est pas de surveiller mais de gérer les caméras ».

Dans une politique du care, les caméras servent principalement à réparer. Gouverner c’est prévoir et les écologistes préfèrent prévenir que guérir.

Par ailleurs on se trouve aujourd’hui dans un monde de liberté surveillée et le groupe écologiste est attentif à gagner en liberté, malgré le contexte sanitaire.

C’est pour cela que nous voterons pour les 5 autres délibérations qui concernent une sécurité qui augmente les libertés, notamment la sécurité des femmes dans l’espace public qui est une priorité du mandat.

ET nous nous réjouissons malgré tout de la caméra placée dans la gare fantôme Sud-de-France, elle permettra au moins de compter les passagers qui s’y trouvent, c’est déjà pas mal.

Intervention de Coralie Mantion

Rien ne va plus!

Quels sont les avantages au fait d’être classée station touristique ?

– La majoration de l’indemnité des élus

je ne pense pas que la majorité ici présente, qui a voté la baisse de 5% des indemnités, le souhaite, donc inutile

– Le surclassement démographique qui permet d’augmenter l’effectif de collaborateurs du cabinet du maire, encore inutile

–  L’affectation directe du produit de la taxe additionnelle aux droits d’enregistrement ou à la taxe de publicité foncière

Cette avantage est valable uniquement pour les communes de – 5000 habitants car les autres perçoivent déjà au titre des dotations annuelles, le produit de ces taxes. Il me semble que nous sommes plus de 5000 habitants donc encore un avantage inutile.

– La possibilité de donner des agréments à des agents titulaires de la commune habituellement affectés à des emplois autres que ceux de la police municipale ou à des agents non titulaires, d’assister temporairement les agents de la police municipale

Etre agent de police ne s’improvise pas. Et je suis sûre que personne ici ne veut jouer avec la sécurité de nos concitoyens. Encore une fois : inutile !

– Dernier point : la possibilité d’implanter un casino sur la commune

Si l’on considère un casino comme une attractivité et qu’on souhaite un rééquilibrage du territoire et donc que toutes les attractivités ne soient pas concentrées sur Montpellier, c’est un non sens d’implanter un nouveau casino sur la commune alors que le bassin de vie de Montpellier est déjà doté de 2 casinos (à Palavas et à La Grande Motte).

De plus, je ne peux imaginer que le rayonnement de Montpellier passe par ce type d’établissement. Les casinos sont des mirages de l’argent facile. Ils donnent de faux espoirs aux personnes précaires de gagner le jackpot et d’avoir une nouvelle vie. Ce sont des sociétés qui se font de l’argent sur le dos de nos concitoyens. Je n’ose imaginer que c’est avec un casino que vous voulez que Montpellier rayonne.

Ce classement ne fournira pas une identité à Montpellier, ce classement est un classement administratif sans avantage.

C’est le quinté des inutilités.

Pour les écologistes, les jeux sont faits :  ce sera contre.

[Conseil de Métropole] 12/10/2020 – Affaires et interventions des élu-es écologistes

Conseil de Métropole 15/09/2020 – Les dossiers de nos élu-es en image et en explications

Affaire n°10 : Aménagement du quartier Cambacérès à Montpellier – Cession foncier de diverses parcelles à l’aménageur.

Les élu-es écologistes se sont s’abstenu-es sur cette affaire pour plusieurs raisons :

« Premièrement, il est important de rééquilibrer le territoire.

Depuis plusieurs décennies, Montpellier n’a eu de cesse de favoriser et de s’étendre vers l’est de Montpellier : installation d’Odysséum, création de nouveaux quartiers… Toutes les nouvelles attractivités ont été implantées dans cette zone au détriment du nord-ouest. Le quartier de La Paillade a été complètement délaissé. Et ce type de structures auraient été les bienvenues dans ce quartier, pour y lancer une dynamique, provoquer un nouvel élan.

Deuxièmement, le site de Cambacéres aurait mérité de conserver son caractère naturel et agricole.

Nous savons l’importance de conserver la ceinture verte de Montpellier, pour limiter la pollution de l’air, avoir la nature à porté de main…

Malheureusement, le projet est trop avancé pour être stoppé. Les parcelles entre Odysseum et la nouvelle gare sont déjà viabilisées (travaux de voiries et réseaux effectués). L’implantation de l’école de commerce dans la zone Cambacérès 1 appartient aux « coups déjà partis » sur lesquels nous ne pouvons plus revenir.

La planification territoriale, c’est le temps long. L’urbanisme, c’est un paquebot dont on ne peut pas changer le cap en un claquement de doigt, en un seul coup de barre. Nous avons changé de modèle. Notre projet de ville résiliente est lancé. L’impact sera progressif et non immédiat, mais notre objectif de zéro artificialisation nette des sols pour 2030 sera atteint.

La nouvelle équipe a donc prévu de faire des modifications sur le projet initial de Cambacérès :

1 – concernant le programme : Aucun logement ne sera construit dans cette zone.

2 – concernant la zone non-viabilisée (qui s’étend de l’avenue de La Mer Raymond Dugrand au Lycée Mendès France): environ 100 hectares y seront sanctuarisés. Nous projetons sur cette zone un agri-parc mêlant agriculture et forêt urbaine.

Car, face à l’urgence climatique, il est primordial de lutter contre l’artificialisation des sols, de favoriser une agriculture de proximité, de créer des havres de fraicheur et des réservoirs de biodiversité. »


Affaires n° 23 à 25 : François Vasquez (vice-président à la Collecte, au tri, à la valorisation des déchets et à la politique zéro déchet), présente les 3 premières pierres de notre édifice en matière de lutte contre les déchets, premières pierres d’une politique volontariste et transversale, en rupture avec ce qui a été fait auparavant …

(rappel: chaque année, 10 millions d’euros sont imputés en fonctionnement sur le budget métropolitain pour l’exportation des déchets, générant par ailleurs d’importantes émissions de CO2 dues à leur transport):

  1. nouveau programme de prévention –> Montpellier Métropole lance l’élaboration d’un nouveau programme local de prévention des déchets ménagers (PLPDMA) associant tous les acteurs concernés: citoyens, associations, professionnels, organismes publics, collectivités et État
  2. soutien aux acteurs locaux du compostage: la Métropole accorde une subvention de 4500€ aux « Semeurs de Jardins » pour la création d’une filière locale de valorisation des déchets verts (broyat) au sein des jardins –> transition agroécologique + réduction des déchets et des coûts
  3. projet de partenariat avec l’Ademe et la Région visant la réduction des biodéchets (qui représentent 32% des ordures ménagères!) par le tri à la source et la valorisation: compostage partagé en pied d’immeubles, broyage des déchets verts et utilisation sur place, etc. Montpellier Métropole sera candidate à l’appel à projet de la Région Occitanie « Généraliser le tri à la source des biodéchets en Occitanie » (dépôt de candidature en octobre).

Lors d’un futur conseil, la stratégie Zéro Déchet portée par François Vasquez sera présentée plus en détail et en échéances.