[Le Mouvement] 1000 amoureux de la petite reine réclament une « vraie ville cyclable »

[Le Mouvement] 1000 amoureux de la petite reine réclament une « vraie ville cyclable »

Charles Dos Santos Le 6 juin, 2021

Lire l’article en entier en cliquant ci-après :

Rarement l’esplanade de l’Europe n’aura vu autant de vélos en une seule après-midi.

Les amoureux de la bicyclette s’étaient donné rendez-vous ce dimanche 6 juin pour répondre à l’appel de différentes associations montpelliéraines pour le vélo en ville et une vraie « petite couronne » pour les cyclistes au coeur de la capitale héraultaise.

« Nous, ce qu’on demande c’est d’avoir un plan très clair, des dates précises et une évolution co-construite et judicieuse pour le développement du vélo dans Montpellier et dans toute la Métropole. Pour le moment, une aide financière concrète est annoncée et mise en place pour les habitants, c’est une bonne chose, c’est vrai. Mais ce n’est pas suffisant et si c’est bénéficier d’une aide pour prendre un vélo, circuler à vélo dans la ville au péril de sa vie, alors j’vois pas trop l’intérêt. Il faut un vrai plan et des choses claires. Là, on en est encore loin ». Lucas (*), proche de Vélocité Montpellier, plante le décor à quelques minutes du départ de la « chouette manifestation populaire, pour le vélo en ville« , comme il la définit lui-même.

Il y a de plus en plus de cyclistes dans Montpellier.

Le phénomène vélo touche peu ou prou toutes les couches de la population. Mais les associations qui défendent la petite reine en veulent bien plus que ce qui leur est proposé aujourd’hui. Ils veulent en savoir plus, et ce dès les prochaines semaines. (…)

Du côté de la municipalité, en l’absence du Maire Michaël Delafosse, lui-même cycliste, Manu Reynaud, 2e adjoint à la ville de Montpellier en charge du nouveau plan de circulation notamment et jamais bien loin de son propre vélo toute l’année, explique la politique menée par l’équipe municipale concernant la bicyclette sur le mandat en cours.

Partie de l’esplanade de l’Europe, le millier de cyclistes a déambulé dans l’après-midi dans le centre-ville de Montpellier en passant par le lycée Joffre puis à proximité du jardin des Plantes, puis sur le Cours Gambetta et le long du boulevard de Strasbourg pour une arrivée symboliquement prévue à proximité de l’hôtel de ville de Montpellier. « Cela ressemble quasiment au parcours de la voie cycliste urbaine que l’on réclame depuis des années qui offrirait une circulation sereine aux cyclistes de notre ville et qui est aujourd’hui loin d’être faite », conclut Lucas. (*)

(*) Le prénom a été changé.

[Hérault Tribune] Le Conseil municipal des enfants visite la cuisine centrale

[Hérault Tribune] Le Conseil municipal des enfants visite la cuisine centrale

La rédaction Hérault Tribune – Publié le25 mai 2021 à 15:00

Les membres du Conseil municipal des enfants ont pu déguster les plats servis dans les cantines des écoles de la ville et émettre leurs suggestions.

Le Conseil municipal des enfants représente les enfants de la ville de Montpellier. En cette qualité, il est souvent sollicité à donner son avis auprès de certains partenaires et institutions sur différents sujets de société, dont l’alimentation durable. Cette fois-ci, ils ont visité la cuisine centrale qui délivre, quotidiennement les 15 000 repas, aux élèves dans les cantines scolaires. Cette initiative vise surtout à permettre aux enfants de devenir de véritables acteurs de l’alimentation durable. Pendant cette visite, les enfants ont pu découvrir que les cantines scolaires montpelliéraines bénéficient de produits issus de l’agriculture biologique et durable.

L’adjointe au maire déléguée à la politique alimentaire et à l’agriculture urbaine, Marie Massart, était à la tête de la délégation. Durant leur visite, les enfants du conseil ont découvert les processus de travail à la cuisine centrale. Dans la foulée, ils ont également pu déguster les plats proposés en cantine. A la fin, ils ont émis leurs suggestions sur le goût et la qualité des aliments auprès des responsables de la cuisine (…).

Lire la suite sur : https://www.herault-tribune.com/articles/montpellier-le-conseil-municipal-des-enfants-visite-la-cuisine-centrale/

[Actu.fr] Montpellier : deux voies de la place des Beaux-Arts interdites à la circulation

[Actu.fr] Montpellier : deux voies de la place des Beaux-Arts interdites à la circulation

Des repères violets sur le bitume pour la dépose imminente de pots de fleurs qui fermeront les voies de la place des Beaux-Arts à la circulation (©Métropolitain)

Par Gil Martin Publié le 17 Mai 2021 – Lire l’article en entier

La Ville de Montpellier va interdire, dès ce mardi, la circulation sur deux voies de la place des Beaux-Arts. Une initiative qui doit améliorer la qualité de vie dans le quartier.

(…) Cette initiative ne devrait pas être isolée à Montpellier. Dans le cadre de la « ville apaisée », le maire, Michaël Delafosse, et son adjoint à la ville apaisée et respirable, Manu Reynaud, se sont engagés à apporter des solutions, quartiers par quartiers, pour améliorer la qualité de vie.

La place devrait être refaite

Aux Beaux-Arts, les riverains seront parmi les premiers à apprécier les effets de la nouvelle politique de la ville apaisée et respirable… Selon nos informations, cette piétonnisation de la place est définitive, même si le dispositif choisi (les pots de fleurs) devrait être provisoire et maintenu jusqu’à l’automne. Dans son projet, en effet, a Ville prévoit dans un second temps de refaire tout le revêtement de la place et de changer le mobilier urbain.

Lire l’article en entier

[La Tribune] Après l’épisode du gel, l’appel des agriculteurs d’Occitanie à la consommation locale et à la souveraineté alimentaire

[La Tribune] Après l’épisode du gel, l’appel des agriculteurs d’Occitanie à la consommation locale et à la souveraineté alimentaire

17 Mai 2021 – Cécile Chaigneau – Lire l’article en entier

Le 17 mai, différents acteurs de la filière agroalimentaire se sont réunis au MIN de Montpellier (photo) pour y lancer lancer un appel aux consommateurs, restaurateurs, commerçants, mais aussi acteurs publics, à privilégier une production locale.

(…) Onze semaines après le violent épisode de gel qui a touché la France et mis l’agriculture à genou, les différents représentants des institutions agricoles de l’Hérault font bloc pour rappeler les enjeux d’une consommation de produits agricoles locaux. Et préparent leurs arguments sur les ambitions françaises en matière de souveraineté alimentaire, en vue du Conseil de l’agriculture française qui se tiendra le 18 mai.

Sur le carreau du Marché d’intérêt national (MIN) de Montpellier, une centaine de producteurs viennent vendre leurs produits chaque jour (sur 220 entreprises au total, notamment de transformation alimentaire, et un chiffre d’affaires annuels réalisé de 150 millions d’euros).

« Malheureusement, un certain nombre ne viendront pas en raison du gel du 8 avril, s’inquiète Marie Massart, la présidente du MIN, également adjointe au maire de Montpellier, déléguée aux politiques alimentaires et agriculture urbaine. Aujourd’hui, il s’agit de lancer un appel aux consommateurs, restaurateurs, commerçants, mais aussi acteurs publics, à privilégier une production locale. »

« Si on veut être patriote Occitanien, il faudra peut-être acheter moins mais mieux et plus cher pour que les agriculteurs soient mieux rémunérés, ajoute Denis Carretier, le président de la Chambre d’agriculture régionale. Il y a des produits qu’on aura moins et qui viendront d’ailleurs, alors attention, il faut que les grandes surfaces indiquent bien les origines et que les consommateurs regardent bien les étiquettes. »

Doubler le pôle transformation du MIN

Jérôme Despey ajoute que « la loi EGalim (Loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, NDLR) va être renforcée », insistant sur le fait qu’au-delà de la grande distribution, « il existe plusieurs circuits de distribution qu’il ne faut pas opposer : les agriculteurs qui s’associent pour créer des magasins de producteurs, les marchés de producteurs de pays, les démarches Bienvenue à la ferme et au MIN l’association des producteurs d’Occitanie pour travailler avec les intercommunalités sur tout ce qui est restauration hors domicile. Nous avons la volonté de développer tous les circuits pour se rapprocher des consommateurs. »

Les membres de l’association des producteurs d’Occitanie pointent un effort à faire : plus de contractualisation de la part des intercommunalités afin de les aider à structurer leurs productions.

Sur le MIN, le pôle transformation a sollicité les fonds du Plan de relance pour contribuer à financer un projet d’extension. Aujourd’hui sur 3.000 m2 pour sept entreprises accueillies (environ 50 emplois), il devrait passer ainsi à 6.000 m2 pour une quinzaine d’entreprises, créant entre 50 et 100 nouveaux emplois. Un projet d’investissement de 4 à 5 millions d’euros qui pourrait voir le jour dans les deux ans, si tout va bien.

(…) Lire l’article complet en ligne

[Midi Libre] Stationnement à Montpellier : la première voiture équipée de caméras qui fait la chasse aux mauvais payeurs

[Midi Libre] Stationnement à Montpellier : la première voiture équipée de caméras qui fait la chasse aux mauvais payeurs

MONTPELLIER / SERVICE STATIONNEMENT DE LA TAM / CONTROLE REDEVANCE STATIONNEMENT PAR UNE VOITURE MUNI DE CAMERAS

Publié le 09/05/2021 – Jean-François Codomié – Lire l’article en entier

La Ville entend favoriser la rotation et se défend de faire « de l’abattage sans discernement ». Comment ? On vous explique !

« C’est terminé les véhicules ventouses ! », annonce, en guise de préambule, Manu Reynaud. Deuxième adjoint au maire, notamment en charge du stationnement et du nouveau plan de circulation urbain, on sait son inclination pour les moyens de transport privilégiant la décarbonisation.

Le sujet faisant partie de la politique de la nouvelle municipalité. Et englobe, entre autres, le stationnement. Lequel, ici sur le Clapas, est en train d’évoluer après des années d’attentisme malgré une nette aggravation de la problématique.

Le Lapi peut lire dix mille plaques minéralogiques au quotidien

Preuve ? Depuis mi-mars, Transport de l’agglomération de Montpellier (Tam), qui a la gestion du stationnement via une délégation de service public (DSP), utilise une voiture (électrique forcément), banalisée et dotée du système de lecture automatique de plaques d’immatriculation (le Lapi). Une auto, « opérationnelle depuis la semaine dernière » et qui, au quotidien, parcourt une centaine de kilomètres à travers la ville et scanne, automatiquement, dix mille plaques minéralogiques de véhicules occupant l’espace public.

(lire la suite)