Des annonces démagogiques 

Aujourd’hui, le maire sortant Philippe Saurel inaugurait la Maison du projet de renouvellement urbain de la Paillade. A la veille de l’élection municipale, il vient, à grands renforts de communication (payée par le contribuable), annoncer une pluie de 500 millions d’euros (!) espérant gommer ainsi 6 ans et plus d’inaction. Comme si les habitant-es de la Paillade étaient des citoyen-nes que l’on achète avec des billets de banque. Démagogie. Cynisme. Non, la Paillade ne s’achète pas!

Un simulacre de concertation

Cette maison du projet est le reflet de la concertation à la mode Saurel: une surenchère de communication, quelques réunions publiques…
Les écologistes dénoncent la philosophie de ce projet éloigné des idéaux de l’ANRU qui visait à définir en co-construction, avec les habitants et acteurs locaux, les actions pour réintégrer le quartier prioritaire dans la métropole et lui donner une place autre que celle d’un territoire de relégation, d’oubli, invisible.Et cette “maison du projet”, qui ne présente pas le projet, qui ne prévoit pas d’espace de co-construction, et qui présente un plan d’action tout ficelé, le démontre. Habitant-es de la Paillade, on s’occupe de vous à notre manière, estimez-vous heureux !
OUI il faut “faire le job”: entretenir et rénover physiquement le quartier et le cadre de vie;
NON cela ne suffira pas, même à coup/coût de 500 M€;
NON le quartier n’est pas physiquement enclavé et la réponse n’est pas urbanistique (déjà 2 lignes de tramway notamment);
NON le quartier n’est pas sous équipé, c’est même le mieux équipé de la ville;
NON le projet dont la Mosson a besoin ne se décide pas dans le bureau d’un maire et sans les habitant-es.
Les quartiers ont besoin d’une politique forte et au long cours, capable de rendre chacun-e acteur/actrice de sa vie et de la société. Cette intégration passe par 2 axes principaux: l’insertion économique, pour offrir à chacun-e la possibilité de vivre de son travail et d’être utile à Montpellier, et la citoyenneté au sens de la pleine intégration dans notre société. Nos priorités pour un véritable projet de rénovation urbaine (voir le tract) 

Le logement

  • Nous investirons massivement dans la rénovation thermique des logements pour faire baisser la facture énergétique des familles.
  • De nombreuses réponses aux difficultés de la Paillade sont à trouver en dehors de la Paillade. Aujourd’hui, la Paillade dispose de grands logements alors qu’ils sont rares dans les quartiers de la ville. Nous obligerons les promoteurs à construire des grands logements abordables dans tous les quartiers de Montpellier afin que les familles de la Paillade ne soient pas assignées à résidence. La Paillade ne doit plus être un ghetto !

L’emploi

  • Nous expérimenterons le dispositif «territoire zéro chômeur de longue durée».
  • Nous installerons un guichet unique pour les formations et l’aide à la création d’entreprise.
  • Nous créerons des ateliers et des laboratoires de cuisines partagés.
  • Nous accompagnerons les projets et les entrepreneurs en proposant, avec des prix abordables et des conditions souples, des locaux en pieds d’immeubles, des terrains près du stade, des autorisations pour des commerces ambulants (street food, etc.).

La sécurité

  • Nous réimplanterons des gardiens d’immeubles dans les résidences ACM.
  • Nous donnerons plus de moyens à la police municipale pour faire de la prévention et être plus présente sur terrain.
  • Nous créerons une unité de prévention affectée au réseau de tramway.
  • Nous appuierons l’action des travailleurs sociaux sur le terrain auprès de la jeunesse.
  • Nous lutterons contre la délinquance routière et nous sanctionnerons avec fermeté les incivilités qui empoisonnent le quotidien.

Le stade

  • Détruire le Stade de la Mosson serait un monumental gaspillage d’argent public. Ce serait aussi un coup porté à l’image et au rayonnement de la Paillade.
  • Nous proposons au contraire de lui donner une nouvelle dimension, d’y développer des activités en lien avec la vie du quartier, d’y accueillir des concerts et des festivals pendant la pause estivale. Faisons vivre notre stade toute l’année!
Share This