[Actu.fr] Eco-pâturage : avec les moutons, plus « bêle » la ville

[Actu.fr] Eco-pâturage : avec les moutons, plus « bêle » la ville

Ce lundi, les élus ont accueilli les moutons ardéchois qui s’installent à Malbosc et Parc de la Lironde pour un éco-pâturage urbain de 4 mois. Une histoire à perdre « à laine ».

Par Gil Martin Publié le 8 Mar 2021

Depuis 2016, les moutons de la société ardéchoise EcoZone quittent les Cévennes pour Montpellier, où ils viennent passer 4 mois sur deux grands espaces verts, les parcs Malbosc (20 hectares) et de la Grande Lironde (4,5 hectares).

Solution verte 100% naturelle

Les paisibles ruminants sont préférés à la machine pour débroussailler… Une manière écologique d’entretenir la végétation appelée, en milieu urbain, l’éco-pâturage, solution alternative et propre à l’entretien mécanique des espaces verts et qui ne consomme pas d’énergies fossiles.

« Les animaux contribuent à la fertilisation naturelle des sols, sans pollution, sans bruit, sans consommation d’énergie fossile »Stéphane Jouault Adjoint au maire délégué à la nature en ville et à la biodiversité.

20 hectares tondus en 4 mois

Ce lundi 8 mars, Marjorie Deruwez, directrice d’EcoZone, lâche 148 moutons de diverses races (Mérinos, race Noire du Velay, Préalpes du Sud et Rava) sur la première des 25 parcelles découpées dans le vaste parc Malbosc. Les moutons passeront de l’une à l’autre à tour de rôle chaque semaine. En 4 mois, les animaux auront « tondu » la totalité des 20 hectares « pâturables » du parc.

Lire la suite sur : https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-eco-paturage-avec-les-moutons-plus-bele-la-ville_40045517.html

L’éco-pâturage: une opération écologique pour entretenir les espaces verts (video)

L’éco-pâturage: une opération écologique pour entretenir les espaces verts (video)

Lundi 8 mars 2021, pour une durée de 4 mois, une opération écologique d’éco-pâturage est lancée pour entretenir certains espaces verts de la ville Montpellier.

La ville organise pendant 4 mois sur les sites du parc Malbosc et du parc de la Grande Lironde, une opération d’éco-pâturage urbain avec un cheptel de 190 moutons de la société « ECOZOONE », une opération qui s’est révélée très appréciée des Montpelliérain-es les années passées.

Les moutons ont été accueillis à 12h au parc Malbosc dans le quartier Hôpitaux-Facultés, en présence de Marie MASSART, Adjointe au Maire déléguée aux politiques alimentaires et à l’agriculture urbaine et Stéphane JOUAULT, Adjoint au Maire, délégué à la nature en ville et à la biodiversité

L’ECO-PÂTURAGE : une solution 100% naturelle destinée à préserver et à sensibiliser à la biodiversité

L’éco-pâturage est une technique qui consiste à avoir recours aux animaux pour réaliser des travaux de débroussaillage et de fauchage, une solution alternative à l’entretien mécanique des espaces verts qui peut mobiliser des énergies fossiles. En effet, en broutant, les animaux réduisent les déchets liés à la tonte et contribuent de facto à une fertilisation naturelle des sols. La biodiversité s’en trouve ainsi préservée puisque la flore continue à se développer et à se diversifier. L’éco-pâturage s’inscrit dans un objectif de transition écologique poursuivi par la Ville de Montpellier et pour lequel elle a amorcé une série de mesures, notamment en vue de végétaliser Montpellier et d’offrir une meilleure qualité de vie aux citoyen-nes. Ainsi, la plantation de 1000 arbres au mois de novembre dernier comme la nouvelle charte de l’arbre et la création du Comité Arbre, constituent les premiers éléments concrets du plan d’actions ambitieux que porte la municipalité, qui vise la plantation de 50.000 arbres supplémentaires sur 10 ans.

19 hectares au total sont mis en éco-pâturage

Le parc Malbosc situé dans le quartier Hôpitaux-Facultés et le parc de la Grande Lironde situé au cœur de Port-Marianne, accueilleront pendant 4 mois, un troupeau composé essentiellement de 190 moutons de race Noire du Velay, Mérinos, Préalpes du Sud et Rava, gardés 24h/ 24 par des bergers professionnels. Ces moutons se déplaceront librement sur l’ensemble des sites pour procéder au débroussaillage des espaces.  
Écologique, cette opération sera également ludique et pédagogique puisqu’elle deviendra pendant ces 4 prochains mois, le support d’animations pédagogiques en direction des scolaires (si les conditions sanitaires le permettent). Afin de compléter les animations, les moutons seront rejoints par d’autres animaux herbivores : un âne, un cheval et deux poneys mini shetland.
 
Le parc de la Grande Lironde d’une superficie de 4 hectares accueille :
•    40 moutons de race race Noire du Velay, Mérinos, Préalpes du Sud et Rava
•    1 âne
 
Le Parc Malbosc d’une superficie de 15 hectares accueille quant à lui  :
•    150 moutons de race Noire du Velay, Mérinos, Préalpes du Sud et Rava
•    1 cheval
•    2 poneys mini shettlands

ECOZOONE : UNE TECHNIQUE D’ÉLEVAGE ET DE PÂTURAGE DANS LE RESPECT DE LA TERRE ET DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

Depuis de nombreuses années Ecozoone s’évertue à améliorer sa technique d’élevage et de pâturage dans le respect de la terre et du bien être animal. Les animaux d’Ecozoone sont uniquement élevés pour l’éco-pâturage. Ces animaux ne sont pas des animaux d’élevage et sont impropres à la consommation et n’ont pour vocation qu’à pâturer des prairies.

Marie Massart et Stéphane Jouault au Prac Malbosc le 8 mars 2021

[Politis] TRIBUNE – Pour que le monde de demain s’écrive avec une culture vivante

[Politis] TRIBUNE – Pour que le monde de demain s’écrive avec une culture vivante

Plus de 230 élu·es écologistes soutiennent le secteur de la culture qui demande la mise en place d’un un échéancier de la reprise d’activité.

https://www.politis.fr/articles/2021/03/pour-que-le-monde-de-demain-secrive-avec-une-culture-vivante-42911/

TRIBUNE – Publiée le 4 mars 2021

En ce mois de mars 2021, cela fera un an qu’ont commencé les annulations de spectacles, les fermetures des musées, des cinémas et des lieux de patrimoine. Triste anniversaire. Un an de naufrage de la culture. Un an que ce qui fait lien dans notre société, ce qui nous fait penser, ce qui nous fait rêver, rire, pleurer, bref ce qui fait notre humanité, est mis à l’arrêt. Aller dans un musée. Se retrouver dans un cinéma. Sortir voir un spectacle. Participer à un festival. Du passé sans avenir clair.

Derrière la durée de cette privation d’expression culturelle, on ressent le désespoir, la frustration et l’impatience dans l’ensemble de la population. Au cœur de cette désespérance, les artistes, les technicien-ne-s, les administratifs, des prestataires, les indépendant·e·s, les auteur·trices voient des milliers et des milliers d’heures de travail s’envoler. Un an plus tard, il n’y a pas de perspective réaliste et concrète pour le secteur.

Nous nous réjouissons que les librairies et les disquaires soient enfin considérés comme essentiels, mais il n’en est toujours pas de même pour le cinéma, le spectacle vivant, le patrimoine et les musées, l’enseignement et la pratique amateure artistique, où d’immenses difficultés demeurent présentes.

Nous ne pouvons rester indifférent·e·s à ce qui s’annonce comme l’un des plus grands plans sociaux de notre histoire récente. Il est urgent que le gouvernement prenne toute la mesure du soutien à apporter à l’ensemble de ces professionnel·le·s. Des conseils municipaux au Sénat en passant par les départements et les régions, nous, élu·e·s et militant·e·s écologistes, sommes présent·e·s et proposons des réponses concrètes : mises à disposition des lieux, accompagnement économique, protocoles de réouverture ou le renforcement des formes alternatives de médiation artistique et culturelle (représentations dans des lieux non dédiés, dans les écoles, dans les EHPAD…).

Nous soutenons la demande des organisations du secteur de mettre en place sans délai un échéancier de la reprise d’activité, des dispositifs de soutien aux auteur·trices et aux travailleur-euses précaires de la culture, la prolongation de l’année blanche pour les intermittent·e·s, et un soutien équitable pour les entreprises culturelles qui en ont le plus besoin.

Toutes et tous, nous ne pouvons plus être privé·e·s plus longtemps de toute vie culturelle, des échanges qu’engendrent l’art et la création. Les possibilités offertes par les nouvelles technologies ne peuvent pas être comparées à l’expérience collective de vibrer devant un spectacle, un film ou un concert. S’approcher, aller à la rencontre d’un tableau, d’une sculpture, d’une performance, est une expérience sensible unique. Les artistes ne peuvent vivre leur art sans public.

Nous ne pouvons être réduit·es qu’à des êtres productif·ves et des consommateur·trices. Dans cette période anxiogène où l’isolement engendré par l’épidémie déstabilise et appauvrit nos modes de vie, fragilise nos équilibres, nous avons plus que jamais besoin de culture vivante.

Signataires :

Julien Bayou – secrétaire national EELV ; Fatma Adda – conseillère régionale (Région Occitanie) ; Maroin Al Dandachi – conseiller municipal (Lille) ; Léa Balage El Mariky – adjointe à la vie associative (Paris 18ème) ; Pierre Athanaze – vice président (Métropole de Lyon) ; Victoria Barigant – maire adjointe à la petite enfance, aux familles (Paris 18ème) ; Laurent Audouin – conseiller d’arrondissement (Paris 5ème) ; Marie-France Barthet – conseillère régionale (Région Occitanie) ; Frédéric Badina Serpette – conseiller de paris (Paris) ; Margaux Belair – adjointe (Grenoble) ; Benjamin Badouard – co-président du groupe écologiste (Métropole de Lyon) ; Esther Benbassa – sénatrice, vice-présidente du groupe « ecologiste – solidarité et territoires » (Paris) ; Stéphane Baly – conseiller municipal (Lille) ; Carole Bernhard – conseillère municipale et déléguée communautaire (Ville De Beaune / Communauté D’Agglomération Beaune Cote Et Sud) ; Pascal Barbier – conseiller municipal et communautaire (Plaisance-Du-Touch) ; Stéphanie Bocquet – conseillère municipale (Lille) ; Vital Baude – conseiller régional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Sophie Börner – conseillère municipale (Ouistreham) ; David Belliard – maire adjoint aux transports et à la transformation de l’espace public (Paris) ; Katia Bourdin – conseillère regionale (La Rochelle) ; Luis Beltran – conseiller municipal délégué (Grenoble) ; Laure Bourrellis – conseillère municipale – palaiseau (Palaiseau) ; Guy Benaroche – sénateur (Bouche-du-Rhône) ; Claire Brossaud – conseillère métropolitaine (Métropole de Lyon) ; Yves Benitah – vice président en charge de la politique sportive et de la vie associative. conseiller d’arrondissement en charge de la culture (Métropole De Lyon – Lyon 1er) ; Vinciane Brunel Vieira – co-présidente du groupe les ecologistes (Métropole de Lyon) ; Olivier Bertrand – adjoint (Grenoble) ; Marie Agnès Cabot – conseillere municipale (Lyon) ; Olivier Berzane – maire (Lyon 8ème) ; Mélissa Camara – conseillère municipale (Lille) ; Xavier Bigot – conseiller municipal et d’agglomération (Carcassonne) ; Creuze Catherine – conseillère metropolitaine (Métropole de Lyon) ; François Billet – conseiller municipal (Saint-Nazaire) ; Marine Chastan – adjointe petite enfance et liens intergénérationnels (Lyon 8ème) ; Mathieu Bittoun – conseiller municipal et communautaire (Sens) ; Marie Coiffard – conseillère municipale (Saint-Martin d’Hères) ; Luc Blanchard – conseiller municipal (Le Meux) ; Maryse Combres – conseillère regionale (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Jean-François Blanco – conseiller régional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Florence Cortès – conseillère municipale et conseillère communautaire (Tarascon-Sur-Ariège) ; Nicolas Bonnand – conseiller municipal (Montceau Les Mines) ; Françoise Coutant – vice présidente du conseil regional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Jacques Boutault – maire adjoint paris centre (Paris Centre (1r, 2e, 3è et 4è)) ; Catherine Creuze – conseillère communautaire (Métropole de Lyon) ; Patrice Boutin – adjoint au maire à l’espace public, la quotidienneté et à la propreté (Nantes) ; Monique De Marco – sénatrice de la gironde – vice-présidente de la commmissison culture (Gironde) ; Dimitri Boutleux – adjoint en charge de la création et des expressions culturelles (Bordeaux) ; Elen Debost – conseillère départementale de la sarthe (Conseil Départemental de la Sarthe) ; Alexis Braud – adjoint à la culture (Allones) ; Dina Deffairi – conseillère territoriale à plaine commune dédiée à la gestion des tiers lieux (Plaine Commune) ; Thierry Brochot – maire-adjoint à la transition écologique (Creil) ; Nathalie Dehan – conseillère métropolitaine (Métropole de Lyon) ; Jérôme Bub – conseiller métropolitain – président du festival des nuits de fourvière (Métropole de Lyon) ; Maÿlys Derenemesnil – conseillère déléguée à la vie associative (Paris 12ème) ; Paul Campy – maire adjoint au développement économique, à l’insertion professionnelle et à l’emploi (Villeurbanne) ; Céline Deslatte – conseillere municipale déléguée (Grenoble) ; Jérémy Camus – vice-président agriculture, alimentation et résilience du territoire (Métropole de Lyon) ; Lila Djellali – adjointe à l’ess et à l’alimentation durable (Paris 20ème) ; Benoît Careil – adjoint à la culture (Rennes) ; Hélène Dromain – vice présidente grand lyon métropole (Métropole de Lyon) ; Yves Carrié – délégué à la cullture (Aureilhan) ; Veronique Dubois Bertrand – maire (Lyon 3ème) ; Gautier Chapuis – conseiller délégué alimentation locale & sécurité alimentaire (Lyon) ; Agnes Dupart – déléguée à la culture, au monde associatif et au patrimoine (Savigny Sur Orge) ; Sébastien Chataing – conseiller municipal délégué aux liens entre activité physiques et santé (Villeurbanne) ; Gaëlle Estay – conseillère municipale (Guerande) ; Patrice Chateau – conseiller municipal (Dijon) ; Corine Faugeron – conseillère de paris (Paris) ; Mohamed Chihi – maire adjoint à la sécurité, sûreté et tranquillité (Lyon) ; Christine Garnier – adjointe (Grenoble) ; Antoine Colliat – adjoint à la transition énergétique (Villeurbanne) ; Anne Grosperrin – vice-présidente déléguée au cycle de l’eau (Métropole de Lyon) ; Guillaume Cot – conseiller d’arrondissement (Paris 9ème) ; Monique Guerin – conseillère métropolitaine, conseillère-deleguée petite enfance (Lyon 3ème) ; Guillaume Cros – vice-président (Région Occitanie) ; Manon Havet – adjointe chargée de la transition écologique, des espaces verts et de la condition animale (Paris 12ème) ; Joe Dabit – conseiller municipal (Lille) ; Audrey Hénocque – adjointe en charge des finances et de la commande publique (Lyon) ; Ronan Dantec – sénateur (Loire-Atlantique) ; Elodie Heren – conseillère municipale (Molliens Au Bois) ; Vincent Dhelin – conseiller municipal (Lomme) ; Nadine Herrati – adjointe travail de mémoire enseignement (Gentilly) ; Thomas Dossus – sénateur (Département Du Rhône) ; Catherine Hervieu – conseillère municipale, présidente de la fédération des élu.es verts et écologistes (feve) (Dijon) ; Jean-Luc Dumesnil – conseiller d’arrondissement (Paris 17ème) ; Laurence Hugues – 1ère adjointe à la maire (Lyon 1er) ; Christophe Dupin – adjoint à la culture (Tours) ; Caroline Lagarde – conseillère metropolitaine (Métropole de Lyon) ; Christophe Dupin – adjoint à la culture et à l’education populaire (Tours) ; Annie Lahmer – conseillère régionale (Île De France) ; Guillaume Durand – adjoint à la maire (Paris 14ème) ; Myriam Laïdouni-Denis – conseillère régionale – membre de la commission affaires culturelles (Région Auvergne Rhône Alpes) ; Charles Ernould – conseiller municipal délégué aux synergies, projets culturels et conservatoire (Saint-Ouen-Sur-Seine) ; Anne Launay – conseillère départementale (Conseil Départemental de l’Essonne) ; Sébastien Faivre – conseiller municipal (Roquefort Sur Garonne) ; Alice Leiceigueçahar – conseillère regionale (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Jacques Fernique – sénateur (Bas-Rhin) ; Annie Lhamer – conseillère régionale (Région Ile-de-France) ; Antoine Fléchet – conseiller municipal délégué (Grenoble) ; Lucille Lheureux – adjointe à la culture (Grenoble) ; Lionel Frel – conseiller regional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Aurélie Loire – manifestations et pratiques culturelles ecoresponsables (Villeurbanne) ; Siméon Gabriel – conseiller municipal (Mâcon) ; Florence Loury – conseillère municipale, conseillère communautaire eelv auxerre (Auxerre) ; Nicolas Gamache – maire et conseiller régional (Les Châteliers – Région Nouvelle-Aquitaine) ; Marie-Claire Luciani – maire adjointe (Figeac) ; François Genouvrier – adjoint au patrimoine (Lyon 9ème) ; Derenemesnil Maïlys – conseillère déléguée à la vie associative (Paris 12ème) ; Jean Luc Girault – adjoint à la politique de la ville et aux actions citoyennes (Lyon) ; Lisa Mambré – adjointe à la culture, au tourisme et au numérique (Lyon 9ème) ; Guillaume Gontard – sénateur (Isère) ; Coralie Mantion – vice-présidente à l’urbanisme – métropole de Montpellier (Montpellier) ; Vincent Goulin – adjoint en charge des tansports, des mobilités, des déplacements, du code de la rue et de la végétalisation de l’espace public (Paris 20ème) ; Marie Massart – adjointe déléguée à la politique alimentaire et à l’agriculture urbaine (Montpellier) ; Philippe Guelpa-Bonaro – vice-président délégué au climat, à l’energie et à la réduction de la publicité (Métropole de Lyon) ; Fabienne Meurice-Gabbanelli – conseillère municipale (Yerres) ; Bruno Haberkorn – conseiller municipal délégué à a protection du plateau et au projet alimentaire territorial (Chenôve) ; Stephanie Modde – conseillère municipale (Dijon) ; Laurent Hamon – vice-président (Rennes Métropole) ; Fatma Nakib – adjointe au maire, egalité, droits des femmes, luttes contre les violences faites aux femmes et aux discriminations, défensec des valeurs de la république (Montpellier) ; Nicolas Husson – adjoint au maire (biodiversité, nature en ville, protection animale) (Lyon) ; Maud Navarre – conseillère municipale (Auxerre) ; Simon Jamelin – conseiller municipal (Hellemmes) ; Aminata Niakaté – conseillère de paris (Paris) ; Antoine Jobert – adjoint à la petite enfance, sécurité, sureté, tranquillité publique, prévention, propreté (Lyon 9è) ; Julie Nicolas – conseillère municipale eélv de lille (Lille) ; Stéphane Jouault – adjoint à la nature en ville et à la biodiversité (Montpellier) ; Marie-Claude Noel – conseillère municipale déléguée à la culture (Bordeaux) ; Jean-Charles Kohlhaas – vice-président transports (Métropole de Lyon) ; Claude-Marie Nöel – conseillère municipale déléguée à la culture (Bordeaux) ; Joël Labbé – sénateur (Morbilhan) ; Mumine Oszsoy – conseillère regionale (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Michel Langlais – élu transitions énergétiques et écologiques – environnement (Pont-de-Claix) ; Julie Ozenne – conseillère municipale (Vigneux-Sur-Seine) ; Mourad Laoues – conseiller municipal et communautaire (Chalon Sur Saône) ; Bénédicte Pasiecznik – adjointe à la nature en ville et à la résilience (Lyon 7ème) ; Mustapha Laoukiri – adjoint chargé de l’emploi et de la politique de la ville (Montpellier) ; Isabelle Petiot – vice présidente (Métropole De Lyon) ; Silvère Lataix – adjoint déléguée à l’action sociale (Lyon 3ème) ; Geneviève Pham Sigmann – conseillère municipale déléguée à la transition alimentaire et les circuits courts (Laval) ; Luc Leroy – conseiller municipal (Moirans) ; Emmanuelle Pierre-Marie – maire (Paris 12ème) ; Christophe Lesueur – adjoint chargé de l’urbanisme, des grands projets et de la politique de ville à la mairie du 8ème arrondissement (Lyon 8ème) ; Claire Pinto – conseillère municipale de la minorité – palaiseau (Palaiseau) ; Frederic Louchart – conseiller municipal (Lille) ; Béatrice Pipitone – conseillère municipale déléguée aux transports et mobilités actives (Paris 11ème) ; Valentin Lungenstrass – adjoint au maire de lyon aux mobilités, à la logistique urbaine et aux espaces publics (Lyon) ; Raymonde Poncet Monge – sénatrice (Rhône) ; Michael Maire – conseiller métropolitain (Métropole de Lyon) ; Sophia Popoff – conseillère municipale – ville de lyon, déléguée dans le 5e arrondissement à l’égalité femmes-hommes et la lutte contre les discriminations ; conseillère – métropole de lyon (Lyon 5ème et Métropole de Lyon) ; Philippe Mante – conseiller municipal délégué (Paris 19ème) ; Isabelle Prin – conseillère municipale, déléguée à l’éducation dans le 3ème arrondissement (Lyon) ; Richard Marion – président de la commision culture (Métropole de Lyon) ; Hélène Puech – conseillère municipale déléguée à l’ess et conseillère territoriale (Saint-Ouen) ; Antoine Maurice – conseiller municipal et métropolitain (Toulouse) ; Raphaëlle Remy-Leleu – conseillère de paris (Paris) ; Samuel Mecklenburg – maire adjoint à la culture – lyon 4e (Lyon) ; Philomene Recamier – adjointe à la culture (Lyon 3ème) ; Serge Mercièca – maire adjoint à l’éducation (Ris Orangis) ; Catherine Ribot – conseillère municipale de Montpellier et conseillère métropolitaine de la métropole Montpellier ; Christian Metairie – maire (Arcueil) ; Valerie Roch – adjointe mairie et conseillère metropolitaine (Lyon) ; Emile Meunier – conseiller de paris et de la métropole – président de la commission urbanisme et logement (Paris) ; Sonia Roisin – adjointe à la transition (Marcoussis) ; Loïc Minery – vice-président à la politique de la ville et à la cohésion sociale (Mulhouse Alsace Agglomération) ; Sandrine Rousseau – candidate primaire eelv (Lille) ; Vincent Morel – conseiller municipal (Nevers) ; Amaïa Sainz-Ruiz – adjointe aux droits et égalité, mémoire, laïcité et spiritualité, qualité de vie des aînés (Lyon 9ème) ; Jean-Christian Morin – adjoint auprès de la maire de lyon 1 – ville apaisée (Lyon 1er) ; Carole Samuel – coprésidente groupe politique les écologistes (Lyon) ; Laoukiri Mustapha – adjoint au maire emploi, politique de la ville (Montpellier) ; Laetitia Sanchez – conseillère régionale (région Normandie) ; Patrick Odiard – co-président du groupe des élus écologistes au conseil municipal de lyon. adjoint à l’éducation du 8ème arrondissement de lyon (Lyon) ; Karine Savina – conseillère municipale (Dijon) ; Muller Olivier – conseiller municipale et métropolitain (Dijon) ; Pauline Segard – conseillère municipale (Villeneuve d’Ascq) ; Gérard Onesta – conseiller régional (Région Occitanie) ; Christine Seguineau – conseillère regionale (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Benjamin Orgogozo – adjoint à la culture (Lyon 7ème) ; Ghislaine Senée – conseillère régionale (Région Ile-de-France) ; Vincent Otekpo – conseiller municipal (Saint-Herblain) ; Célia Serrano – conseillère municipale déléguée à l’enseignement artistique et culturel (Montpellier) ; Vincent Otekpo- conseiller municipal (Saint-Herblain) ; Marion Sessiecq – conseillère municipale (Lyon 3ème) ; Mumine Ozsoy – conseiller (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Sophie Taillé-Polian – sénatrice (Val-De-Marne) ; Jean-Louis Pages – conseiller regional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Marie Ange Thébaud – conseillère municipale (Boucau) ; Yohann Paris – adjoint à l’éducation et à la vie scolaire (Lyon 9ème) ; Hélène Touillon – conseillère municipale (Montceau-Les-Mines) ; Cyril Pasteau – conseiller municipal (Montrouge) ; Hélène Trachez – conseillère municipale déléguée à l’accès aux droits (Paris 20ème) ; Bruno Paternot – conseiller métropolitain délégué à la qualité de l’environnement visuel (Montpellier) ; Sarah Trichet-Allaire – conseillère municipale (Saint-Nazaire) ; Eric Perez – conseiller métropolitain (Métropole De Lyon) ; Lucie Vacher – vice-présidente métropole de lyon – enfance, famille, jeunesse (Métropole de Lyon) ; Thierry Perreau – conseiller regional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Véronique Vinet – conseillère régionale (Région Occitanie) ; Emmanuel Perrin – conseiller municipal (Creil) ; Sonia Zdorovtzoff – adjointe au maire de lyon, déléguée aux relations, à la coopération et à la solidarité internationales (Lyon) ; Christian Piccolo – conseiller municipal et communaitaire (Saint Michel Sur Orge – Coeur d’Essonne Agglomération) ; Eric Piolle – maire (Grenoble) ; Damien Poyet Poullet – adjoint à la cohésion sociale et aux solidarités (Saint-Malo de Guersac) ; François Prochasson – vice president logement (Nantes Metropole) ; Laurent Quiquerez – élu municipal (Villeurbanne) ; Sylvain Raifaud – conseiller (Paris) ; Loïc Rambaud – conseiller municipal (Charenton-Le-Pont) ; Jean-Claude Ray – conseiller métropolitain (Métropole de Lyon) ; Christophe Regard – conseiller municipal (Chalon-Sur-Saône) ; Christophe Regard – conseiller municipal (Chalon-Sur-Saône) ; Manu Reynaud – adjoint aux mobilités, président du groupe écologiste (Montpellier) ; Fabien Robert – conseiller municipal (Dijon) ; Nicolas Rouveau – adjoint à la maire (Paris 12ème) ; Jean-Serge Saint-Avit – conseiller municipal urrugne (Urrugne) ; Daniel Salmon – sénateur (Ile-Et-Vilaine) ; Jeremy Savatier – conseiller municipal (Ascain) ; Gabriel Siméon – conseiller municipal (Mâcon) ; Abdallah Slimani – candidat eelv pour les régionales AURA (Vaulx-En-Velin) ; Antoine Soto – maire adjoint à la démocratie participative (Figeac) ; Jean Marc Soubeste – conseiller communautaire (La Rochelle) ; Frédéric Supiot – délégué consulaire (Belgique (Français·e·s établi·e·s Hors de France)) ; Raifaud Sylvain – conseiller de Paris (Paris 12ème) ; Christophe Teisseire – adjoint chargé de la transformation de l’espace public, de la végétalisation, de la voirie et de la valorisation des déchets (Paris 12ème) ; Jean Marc Terrisse – adjoint délégué à la mobilité et à la transition écologique (Muret) ; François Thevenieau – conseiller métropolitain (Lyon) ; Paul Toussaint-Parigi – sénateur (Haute-Corse) ; Stephane Trifiletti – conseiller regional (Région Nouvelle-Aquitaine) ; Léo Tyburce – conseiller municipal et communautaire (Reims-Grand Reims) ; François Vasquez – vice président (Montpellier Méditerranée Métropole) ; Matthieu Vieira – conseiller métropolitain de lyon (Métropole de Lyon) ; Jacques Vince – conseillé délégué programme de réussite educative (Villeurbanne) ; Emmanuel Vivien – conseiller municipal (Lyon)

ainsi que des artistes auteur·trices, interprètes, profesionnel·les de la culture et des milant·es EELV.

[Actu.fr] Avec le Comité Arbre « on change de paradigme » estime Stéphane Jouault

[Actu.fr] Avec le Comité Arbre « on change de paradigme » estime Stéphane Jouault

Stéphane Jouault préside le Comité Arbre. L’élu écologiste explique le rôle de cette instance dont l’objectif est de préserver la patrimoine arboré dans les projets d’urbanisme.

Stéphane Jouault, adjoint au maire, délégué à la nature en ville et à la biodiversité.
Stéphane Jouault, adjoint au maire, délégué à la nature en ville et à la biodiversité. (©CN)

Par Cédric Nithard Publié le 21 Fév 21

Lundi s’est réuni pour la première fois le Comité Arbre à Montpellier. Une nouveauté de la mandature de Michaël Delafosse portée par les Écologistes de la majorité. « C’est une révolution dans la façon de considérer l’urbanisme. On regarde le naturel existant. Nous changeons de paradigme en prenant les choses dans l’autre sens » explique Stéphane Jouault, délégué à la nature en ville et à la biodiversité, qui préside le comité.

Qu’est-ce que le Comité Arbre ?

Le Comité Arbre existe depuis le conseil municipal de décembre et s’appuie sur un document validé durant celui-ci qui est la charte de l’arbre. Le comité est composé de quatre élus, deux associations et un chercheur du CIRAD. Son objectif est d’examiner les projets d’aménagement sur le domaine public ou dans les ZAC, voire certains permis de construire, pour voir comment envisager la question du patrimoine arboré.

Quel est l’objectif du comité ?

Nous n’examinons que les dossiers où il y a une problématique arbre. L’objectif est de voir si la construction est opportune et si c’est le cas, comment on peut réduire au maximum l’impact sur le patrimoine arboré. C’est vraiment très riche. L’idée est de mettre l’arbre d’abord. On regarde le patrimoine arboré et après on voit quel bâtiment on peut insérer dedans ou pas. On inverse les choses, on change de paradigme. On regarde les ressources du territoire et on fait en fonction. Et, si c’est difficile de réduire, comment on peut compenser au mieux.

De quelle manière ?

On entre dans un nouvelle philosophie. Jusqu’ici, l’idée était qu’à chaque fois que l’on coupait un arbre on en replantait deux. Sauf que couper un pin qui a deux ans ou un micocoulier qui a 60 ans, ce n’est pas du tout la même chose. Désormais, on va réfléchir sur une compensation qui ne sera pas du tout la même. Et là on compte sur l’apport des Écologistes de L’Euzière et de la LPO, les deux associations dans le comité, pour nous aider à voir quelle est la meilleure manière de compenser.

Lire la suite sur https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-avec-le-comite-arbre-on-change-de-paradigme-estime-stephane-jouault_39577565.html

[Midi Libre] Montpellier : une Charte pour replacer l’arbre au cœur des projets lancée par la Ville

[Midi Libre] Montpellier : une Charte pour replacer l’arbre au cœur des projets lancée par la Ville

L’arbre veut retrouver toute sa place en ville. L’arbre veut retrouver toute sa place en ville. Christophe Ruiz – Ville et Métropole de Montpellier

Publié le 19/02/2021

Repensée, la Charte de l’arbre sert de texte de référence au nouveau Comité de l‘arbre, qui veut faire de la biodiversité une priorité de l’urbanisme.

Vingt-quatre ans, déjà ! En 1996, Montpellier avait été une des premières villes à se doter d’une Charte de l’arbre urbain. Mais avec le temps, celle-ci était un peu tombée aux oubliettes. Elle vient d’être repensée pour mieux coller aux problématiques actuelles.

« L’objectif, c’est de mieux prendre en compte la place de l’arbre et de la biodiversité dans les projets d’urbanisme », explique Stéphane Jouault, président du Comité Arbre qui vient d’être créé et s’est réuni pour la première fois ce lundi.

La richesse végétale doit être un élément structurant dans l’urbanisation

Ce Comité est composé de quatre élus, deux représentants d’associations (Les Écologistes de l’Euzière et la Ligue pour la Protection des Oiseaux Occitanie), et un membre du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).

« Il a pour vocation de donner un avis sur tous les projets d’aménagement qui impacteraient le patrimoine arboré existant, en particulier sur le domaine public, mais aussi sur des terrains privés », explique celui qui est aussi adjoint délégué à la nature en ville et à la biodiversité.

« Son objectif, au-delà de la sensibilisation, est d’opérer un changement profond vers un urbanisme qui prend en compte l’existant. La richesse végétale doit être un élément structurant dans l’urbanisation. Il faut en permanence trouver un équilibre entre constructibilité et préservation des arbres. »

« Travailler en confiance avec les promoteurs »

« Nous commençons par travailler sur les grands projets où il y a un problématique arbre, comme les ZAC (zones d’aménagement concerté), pour voir s’ils sont adaptés. On veut aller au-delà du « un arbre coupé, deux arbres replantés » (de la précédente Charte). Car supprimer un micocoulier de cent ans pour mettre deux arbustes, ça n’a pas de sens. »

Sur le projet de Font Colombe, Stéphane Jouault est très clair : « c’est exactement l’opposé de ce qu’on veut promouvoir. De telles pratiques aujourd’hui à Montpellier, ce n’est plus possible. Ce qu’on veut, c’est travailler en confiance avec les promoteurs. Protéger le patrimoine arboré, cela passe aussi par le nouveau PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal). »

« Cette Charte et ce Comité constituent les premiers éléments du plan d’actions de la Ville : préserver le patrimoine arboré, et planter 50 000 arbres supplémentaires sur dix ans dans le cadre de forêts urbaines. »

Guillaume RICHARD